Un tourisme sportif ? Les entreprises touristiques et le développement des sports en France et en Suisse (1850-1950)

Entreprises et histoire 2018/4 (n° 93), pages 5 à 11
Publié le 21 mars 2019

 Introduction

Quelques semaines avant le début de la Coupe du monde de football de 1954, soit l’un des plus grands événements sportifs de l’époque et qui est d’autant plus attendu qu’il voit le retour du tournoi en Europe 16 ans après l’édition de 1938 organisée sur le sol français, le président d’un club du championnat de première division suisse (en l’occurrence le FC Sion) envoie un courrier au comité d’organisation de la Coupe du monde afin de déplorer l’absence de rencontres du tournoi mondial dans le stade de son équipe. Outre le côté prestigieux d’accueillir une partie de la Coupe du monde, ce sont aussi des enjeux économiques, et plus particulièrement, touristiques, que le président du club valaisan met en exergue dans sa lettre. En effet, le fait qu’aucune rencontre ne soit disputée dans le canton du Valais risque, selon lui, de limiter les visites des nombreux touristes étrangers qui viendront en Suisse à l’occasion de la Coupe du monde. Le comité d’organisation s’empresse de lui répondre que s’il a effectivement décidé de ne pas confier de rencontres du tournoi à la ville de Sion, la semaine de pause octroyée aux équipes entre le premier et le second tour de la compétition devrait tout de même permettre aux visiteurs étrangers de venir séjourner quelques jours dans le canton du Valais.

Auteurs

Laurent Tissot, Grégory Quin et Philippe Vonnard

Un tourisme sportif ? Les entreprises touristiques et le développement des sports en France et en Suisse (1850-1950) (sur Cairn.info)