Genèse et mémoires des randonnées littéraires

Teoros, numéro 31, le 15 février 2018
Publié le 15 février 2018

Résumé :

Depuis les années 1980, les randonnées littéraires autour d’écrivains sont associées à des lectures de romans en vue d’entretenir la vitalité d’une œuvre dans une perspective de valorisation. Si les mémoires collectives sont longtemps restées l’apanage des ethnologues, les maisons d’écrivains sont les premières institutions à développer un type d’itinéraires touristiques en lien avec les politiques locales. Utilisant une approche basée sur les ressources territoriales, il s’agit de revenir sur l’émergence des randonnées littéraires consacrées à Jean Giono et de resituer cette démarche dans son articulation avec l’offre touristique régionale. La célébration de cet auteur se concentre aujourd’hui sur la résurgence du patrimoine revivifié des Alpes-de-Haute-Provence. Dans ce département, l’enquête sociologique menée principalement sur le circuit Giono interroge les frontières du tourisme littéraire en proposant une approche processuelle. Nous traitons un corpus formé de récits de vie et d’extraits d’entretiens avec des précurseurs à l’origine de cette initiative. Son analyse montre que les acteurs ont conçu des séjours itinérants afin d’articuler des stratégies de développement économique par le tourisme. Les randonnées littéraires jouent un rôle dans ce processus mémoriel car elles génèrent une offre alternative qui mobilise les ressources de la destination, en co-construisant ces produits hors des itinéraires classiques.

Auteur(s) :

Antoine Marsac


Consultez l'article complet.