Paris restreint encore la création de meublés touristiques

AFP, le 12 décembre 2017
Publié le 13 décembre 2017

La Ville de Paris a rendu mardi, avec un amendement très technique, la transformation d'un logement en meublé touristique "type Airbnb" encore un tout petit peu plus difficile.

Le Conseil de Paris a voté une modification du "règlement municipal sur les changements d'usage", qui doit prendre effet au 1er janvier prochain.

En clair, tout propriétaire désireux de transformer son appartement en meublé touristique à l'année, ce qui est possible, devra offrir à la location traditionnelle une surface équivalente, dans le même quartier, d'une surface autrefois commerciale.

Le règlement municipal stipulait auparavant que cette surface équivalente à donner à la location traditionnelle devait être offerte dans le même arrondissement.

"Cette compensation est plus dissuasive", a indiqué à l'AFP Ian Brossat, adjoint PCF au Logement de la maire PS de Paris Anne Hidalgo.

Si l'on prend l'exemple du IVe arrondissement, "il est plus difficile de compenser sur l'Ile Saint-Louis" que sur des quais rive droite, a-t-il ajouté.

Par une série de votes, la Ville a rappelé également, sur proposition écologiste, la "tolérance zéro" qu'elle compte exercer sur les plates-formes ne respectant pas leurs obligations légales.

Elle a rappelé l'interdiction pour les bénéficiaires de logements sociaux de sous-louer en meublés touristiques leurs logements.

Sur proposition Les Républicains et UDI-Modem, Paris a également interpellé l'Etat sur le "développement d'une nouvelle forme de proxénétisme" dans ces meublés et demandé une réunion de travail avec toutes les parties prenantes pour lutter contre le phénomène.