Saint-Jean-d’Arves évite la perte de son office de tourisme grâce à une loi méconnue

Le Dauphiné, 12 novembre 2019
Publié le 12 novembre 2019

La commune de Saint-Jean-d’Arves devait perdre sa compétence en matière touristique le 1er janvier, au profit de la Communauté de communes Cœur-de-Maurienne Arvan (3CMA), dont le siège est en fond de vallée. Or  la station de Saint-Jean-d’Arves fait partie du domaine des Sybelles. Les autres grandes composantes de cet ensemble qui constitue le quatrième domaine skiable de France (La Toussuire, Le Corbier, Saint-Sorlin-d’Arves) ne risquaient pas cette intercommunalisation, imposée depuis le 1er janvier 2017 : elles entrent dans le cadre de la dérogation consentie par la loi « Notre » au profit des « stations classées de tourisme ». Les communes qui le souhaitaient avaient jusqu’au 1er janvier 2020 pour obtenir ce classement, en continuant à fonctionner comme avant, depuis 2017, par dérogation.

Pour Saint-Jean-d’Arves, c’était impossible, car un des critères fait défaut : il n’y a pas d’hôtel sur le territoire de la commune. Tous les lits sont situés dans des résidences, ou dans le parc privé locatif. La perte de la compétence aurait entraîné la suppression de l’office de tourisme local, et le transfert à l’intercommunalité des missions d’accueil, d’information, de communication et de promotion de la station. Or, Saint-Jean-d’Arves fonctionne en symbiose avec ses stations sœurs des Sybelles. On imaginait mal qu’avec des pistes qui se rejoignent, un programme d’animation commun avec Saint-Sorlin-d’Arves, et globalement un « stratégie de destination », les décisions sur les actions de promotion, par exemple, soient prises sur place par trois stations, et à Saint-Jean-de-Maurienne pour la seule Saint-Jean-d’Arves.

Saint-Jean-d’Arves évite la perte de son office de tourisme grâce à une loi méconnue