Saison touristique estivale contrastée pour la France

APST, le 17 septembre 2019
Publié le 17 septembre 2019

L’été sera beau, l’été sera chaud… mais cela n’a pas forcément suffi pour faire le plein de touristes. Un premier point élaboré après le premier chassé-croisé du mois d’août laissait apparaître un bilan contrasté.

Un article publié dans Les Echos début août pointait du doigt une France "coupée en deux" avec d’un côté, la moitié nord de la France et la façade Atlantique, qui présentaient un taux de remplissage particulièrement élevé voire même complet, et la moitié Sud du pays qui, en juillet tout du moins était plutôt en retrait, notamment en Occitanie, PACA, Ardèche et Dordogne.

A titre d’exemple, les campings du Nord, de la Bretagne et de la Normandie ont fait le plein ! Un contraste inhabituel grandement lié à la canicule.

Cap sur la fraîcheur

Une tendance confirmée par le cabinet spécialisé Protourisme dans son bilan du mois de juillet. En effet, les très fortes chaleurs enregistrées, en juin et en juillet, avec des pointes à plus de 40°C dans certaines zones du Sud, ont poussé les vacanciers à privilégier les régions maritimes et aux températures plus clémentes.

Ainsi, l’arc Atlantique et la montagne ont enregistré en juillet une progression des nuitées de 3 à 6 %, alors que leur nombre a fléchi de 2 à 8 % sur la Méditerranée. Au global, la destination France bénéficie toutefois d’une hausse de 3 %, après une année 2018 "médiocre".

De même, selon une célèbre plateforme de locations estivales, le nombre de voyageurs aurait été multiplié par près de cinq à Berck, Boulogne-sur-Mer, Cucq, et Fort-Mahon Plage, en juin-juillet par rapport à la même période de 2018.

Saison touristique estivale contrastée pour la France