La gouvernance nationale du tourisme

Olivier Lacoste, pour Veille Info Tourisme
Publié le 20 juillet 2018

Deux départements ministériels explicitement concernés

Depuis 2014, les compétences en matière de tourisme sont partagées entre le ministre chargé de l’économie et le ministre chargé des affaires étrangères. Cette répartition a été conservée par le Gouvernement issu des élections de 2017. Celui-ci a ainsi entendu réaffirmer toute l’importance qu’il accorde au secteur du tourisme en le rapprochant à la fois, d’une part, du suivi des principaux enjeux de la promotion et d’attractivité à l’international de la destination France et, d’autre part, du suivi des questions économiques et juridiques, de la qualification de l’offre et du développement du tourisme pour tous en France.

Selon l’article 1er de son décret d’attribution, le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères est compétent pour « définir et mettre en œuvre la politique de développement international de la France, notamment au titre du commerce extérieur et du tourisme » tandis que le ministre de l’Economie et des Finances doit « proposer et mettre en œuvre la politique du Gouvernement en matière (…) de suivi et de soutien des activités touristiques ».

Le décret d’attribution du ministre de l'Economie et des Finances prévoit que celui-ci est compétent pour mettre en œuvre « la politique du Gouvernement en matière économique ainsi qu'en matière d'industrie, de services, de petites et moyennes entreprises, (…), de suivi et de soutien des activités touristiques (…) ».

Le ministère chargé de l’économie est chargé d’améliorer la compétitivité du secteur touristique. A ce titre, il doit favoriser l’innovation et la diffusion du numérique. Il s’occupe aussi de développer l’attractivité des destinations françaises. Dans la mesure en effet où la consommation touristique intérieure est, pour les deux tiers, effectuée par les résidents, la politique du tourisme ne se résume pas à la promotion à l’international. Le ministère chargé de l’économie anime également le cadre réglementaire (à ce titre, il assure le suivi des différentes professions composant le secteur) et développe le tourisme pour tous.

Le ministère chargé des affaires étrangères est plus particulièrement responsable de la promotion du secteur à l’étranger, de l’implantation et du développement à l’international des entreprises françaises, du parcours des touristes (visas, accueil, connectivité internationale, sécurité, etc.) et des partenariats internationaux.

La coordination interministérielle et le CIT

Une coordination étroite est organisée entre les deux ministères pour l’ensemble des dossiers. Par exemple, ils assurent ensemble la co-tutelle d’Atout France. Par ailleurs, les deux directions préparent en commun les Conseils Interministériels du Tourisme, présidés par le Premier ministre et dont la première occurrence a eu lieu le 26 juillet dernier 2017.

Depuis juillet 2016 en effet, un Conseil interministériel du Tourisme (CIT) se réunit, avec des échéances régulières et des agendas précis et prévus à l’avance. Cette organisation permet de mobiliser les différents départements autour de chantiers prioritaires, comme la formation, l’investissement, le numérique ou la promotion. Un agenda connu à l’avance permet de scander le travail des différents ministères. Entre deux CIT, se tient un Comité de pilotage, présidé par le ministre de l’Europe et des affaires étrangères.

Ainsi, afin de donner une nouvelle impulsion aux mesures attendues par la filière touristique, le Premier ministre a réuni pour la première fois le 26 juillet 2017 ce Conseil interministériel du Tourisme - en présence des ministres concernés, d’élus et de professionnels du secteur. Il s’agissait notamment de présenter la feuille de route du Gouvernement en matière touristique et les six grands axes de la politique du tourisme. Parmi les décisions concrètes prises à cette occasion, le CIT de juillet 2017 a acté le lancement de DataTourisme.

Le comité de pilotage d’octobre 2017 a fait un point sur différents dossiers, notamment sur la qualité de l’accueil. Il a également lancé deux missions : une sur la promotion, une sur l’investissement.

Le Conseil interministériel du tourisme du 19 janvier 2018 a traité les domaines de la promotion et de l’investissement. Il a, par exemple, décidé l’accroissement des fonds consacrés au tourisme par la CDC et la BPI.

Le comité de pilotage du 4 juin 2018 a abordé la question de la connectivité. Il a également fait un point sur les filières touristiques, ainsi que sur l’avancée des différents chantiers lancés depuis le CIT de juillet 2017.

Le Conseil interministériel du tourisme du 19 juillet 2018 a acté des avancées dans le domaine du numérique. Il a examiné des propositions pour améliorer les synergies entre sport et tourisme.

Le comité de pilotage du 17 janvier 2019 a fait un point de conjoncture, a abordé les questions de statistiques du tourisme, de formation et de tourisme durable et a fait un point d’étape sur le dispositif « France Tourisme Ingénierie ».

Le Conseil interministériel du tourisme du 17 mai 2019 a été consacré à l’emploi, à la formation et aux questions de gouvernance qui leur sont liées.  Il a abordé d’autres initiatives que pourront utiliser les territoires. Il s’est aussi intéressé à la détaxe, à Atout France et à la simplification du cadre normatif du tourisme.