Projet de loi de finances pour 2018 - Documents de politique tranversale

Direction du Budget, janvier 2018
Publié le 19 février 2018

Le tourisme joue un rôle majeur dans l’économie nationale. La branche « Hébergement et restauration », la plus importante des secteurs dits caractéristiques du tourisme, représente à elle seule dans les comptes nationaux 2,5 % de la valeur ajoutée globale. Mais l’effet moteur du tourisme sur d’autres secteurs (par exemple, les transports, les loisirs, etc.) est plus large. La « consommation touristique intérieure » (dépenses touristiques réalisées par les résidents et les non-résidents) évalue cette impulsion à plus de 7 % du PIB de façon structurelle.

Par ailleurs, le tourisme constitue un des premiers excédents de la balance des paiements : le solde positif du poste « voyages » (c'est-à-dire la différence entre les dépenses des touristes étrangers en France et celles des Français à l’étranger) s’est élevé à 6,8 Mds€ en 2015, après 7,1 Mds€ en 2014 (chiffre révisé). Les recettes (c’est-à-dire les dépenses des étrangers en France) ont baissé de 2,4 % de 2014 à 2015 (à 41,4 Mds€) tandis que les dépenses de Français à l’étranger ont baissé de 2 %. En dépit de cette contraction conjoncturelle, la France reste donc un pays très attractif pour le tourisme international. Les recettes baissent pour les touristes en provenance de la zone euro (-7 %
entre 2014 et 2015), mais augmentent pour certains marchés émetteurs plus lointains, par exemple la Chine, avec une augmentation de 40 % (1 Md €) (Source : Banque de France, rapport annuel sur la balance des paiements et la position extérieure de la France, parution juillet 2016).

D’après les statistiques compilées et diffusées par l’Organisation mondiale du tourisme, la France reste la première destination en termes d’arrivées de touristes internationaux. Celles-ci s’établissent à 84,5 millions en 2015, soit +0,9 % par rapport à 2014. Dans l’ensemble du monde, les arrivées de touristes internationaux s’élèvent à presque 1,2 milliards. En matière de recettes tirées du tourisme international, la France (habituellement précédée par les États-Unis
et l’Espagne), passe de la troisième à la quatrième place entre 2014 et 2015. En effet, la Chine passe à la deuxième place, mais la rupture dans les chiffres est si nette qu’elle semble traduire un changement de méthode statistique.

Consultez le documents de politique tranversale 2018 pour le tourisme.