Le tourisme durable en mode « trans »

Bleu tomate, le 23 juin 2019
Publié le 24 juin 2019

Avec le programme transfrontalier INTERREG MARITTIMO, l’Europe finance des projets de tourisme responsable en France et en Italie. Ce travail profite au Var, aux Alpes-Maritimes et à la Corse mais exige, au-delà de la présentation faite le 12 juin à Marseille, une promotion claire auprès du grand public.

SMARTIC, PROMOTEA, ITINERA, SISTINA, STRATUS, INTERREG… Ces acronymes ne vous disent rien ? A nous non plus. Du moins jusqu’à mercredi 12 juin, jour de la présentation de ces projets à la Cité de l’Agriculture, à Marseille. Il y fallait une bonne dose d’attention pour cerner leur objet et comprendre comment chacun était mis en œuvre.

Résumons. Grâce au programme de coopération transfrontalier INTERREG MARITTIMO, l’Union Européenne finance, sur la période 2014-2020, des projets de « croissance intelligente, durable et inclusive » dans le centre-nord de la Méditerranée. Soit, pour faire court, en France et en Italie. Le tourisme en est une des composantes. Cinq régions sont concernées : la Ligurie, la Toscane, la Corse, la Sardaigne et la Région Sud PACA. Le Var et les Alpes-Maritimes sont dans la boucle. Mais pas les Bouches-du-Rhône, considérées comme trop éloignés de la façade maritime italienne – admettons.

Le tourisme durable en mode « trans »