Le tourisme, précieux levier de développement pour le continent africain

Le Monde, le 17 mai 2019
Publié le 21 mai 2019

Le Bénin se voyait déjà en « une » des catalogues touristiques. Si l’enlèvement de deux Français dans le parc de la Pendjari le 1er mai met un coup de frein aux velléités de décollage de ce secteur, dans l’immédiat au moins, il braque aussi les projecteurs sur ce levier de développement qu’est le tourisme. Encore largement en friche sur le continent, il reste pourtant une formidable opportunité économique, potentiellement pourvoyeuse d’emplois.

« Sans rien faire, on a 200 000 personnes… Imaginez qu’avec un peu d’effort on peut doubler ce chiffre-là. » Prononcés en 2017 par José Pliya, le directeur de l’Agence nationale pour le tourisme du Bénin, ces mots posaient le point de départ de ce qu’il imaginait devenir une courbe vertigineuse. « Notre objectif d’ici à la fin du quinquennat [du président Patrice Talon qui se termine en 2021] est d’atteindre les 700 000 touristes », poursuivait ainsi le directeur, interrogé alors par l’Agence France-Presse. Et pour y parvenir, le Bénin avait même prévu d’investir 600 milliards de francs CFA, soit plus de 900 millions d’euros.

Le tourisme, précieux levier de développement pour le continent africain