Le tourisme fait s’envoler le réchauffement planétaire

Le Monde, le 7 mai 2018
Publié le 9 mai 2018
Le tourisme fait s’envoler le réchauffement planétaire

Une étude de chercheurs australiens, chinois et indonésien, révèle que « l’empreinte carbone » du tourisme mondial est considérable.

En 2017, le tourisme international a progressé de 7 %, soit « le meilleur résultat jamais atteint depuis sept ans », se félicitait au début de l’année l’Organisation mondiale du tourisme, qui prévoyait pour 2018 une nouvelle hausse de 4 % à 5 %. Mais l’institution onusienne ne disait rien du revers de ces déplacements en masse : leur impact environnemental, à commencer par leur contribution au réchauffement planétaire.

Selon les calculs des chercheurs, prenant en compte transport, alimentation, hébergement et achats des voyageurs, l'activité touristique dans son ensemble est responsable d’environ 8 % du total des émissions de gaz à effet de serre de l’humanité. Un pourcentage trois fois supérieur aux évaluations antérieures, qui se situaient dans une fourchette de 2,5 % à 3 %.

Pour parvenir à ce résultat, les chercheurs ont compilé les données sur les flux touristiques entre cent soixante pays au cours de la période 2009-2013. L’originalité de leur approche est d’avoir comptabilisé non seulement les émissions directement associées aux transports (comme la combustion du kérosène des avions et de l’essence ou du gazole des voitures), mais aussi celles liées aux biens et aux services consommés par les voyageurs, qu’il s’agisse de restauration, d’hôtellerie ou d’achats divers.

Lire la suite sur Lemonde.fr.