Le slow tourisme, un concept dans l’air du temps

Tour Hebdo, 11 octobre 2019
Publié le 14 octobre 2019

Profiter, flâner, souffler. Le slow tourisme, comme son nom l’indique, propose de découvrir des territoires en prenant son temps. Il est donc souvent associé à la mobilité douce. Les acteurs d’un marché en plein développement véhiculent ces valeurs que leurs clients recherchent: un autre mode de consommation, un retour aux sources, une déconnexion… Véritable enjeu pour les destinations vertes, le phénomène se transforme de l’intention à la concrétisation avec des offres ciblées pour les groupes.

Lentement, mais sûrement, une nouvelle forme de tourisme émerge : le slow tourisme. Les chiffres et les analyses manquent, aussi, en juin dernier, la Direction générale des entreprises (DGE) a organisé une journée d’échanges à Samatan dans le Gers. Avec cette introduction : « Le slow tourisme, qui privilégie les mobilités douces et la rencontre avec les habitants, répond aux besoins d’authenticité, de ressourcement et de dépaysement de plus en plus exprimés par les touristes. Avec 80 % de son territoire situé en milieu rural, la France doit en devenir une destination phare. »

Le slow tourisme, un concept dans l’air du temps