Airbnb, un briseur de ville ?

La Gazette, 18 mars 2019
Publié le 19 mars 2019

Impact social, économique, urbanistique, touristique… Les relations entre les villes et AirBnB étaient au menu d’un colloque organisé ce 14 mars, à Nantes, par des étudiants en architecture. Entre volonté affichée de régulation, de contrôle. Et impuissance…

[...] Cette année, à l’occasion de leur 14e colloque, les étudiants en Master 2 Villes et Territoire à l’École nationale supérieure d’architecture (ENSA) de Nantes se sont penchés sur les rapports compliqués sinon schizophréniques, entre les villes et le mastodonte californien AirBnB. Une société « valorisée à 30 milliards d’euros qui comporte deux visages selon Sylvain Grisot, urbaniste consultant en transformation de la ville : un premier « qui intensifie les usages existants à savoir optimiser l’usage d’un logement ». Et un second qui entraîne « une évaporation des logements du marché locatif traditionnel ». Et pas seulement dans les grandes métropoles. A Albi (Tarn), le géographe Mathieu Vidal (Institut national Jean-François Champollion) en évalue « à une trentaine, dans quelques rues autour de la cathédrale ».

Airbnb, un briseur de ville ?