Comment Wonderbox veut conquérir le marché (très convoité) des activités

L'Echo touristique, le 12 juin 2019
Publié le 12 juin 2019

Du coffret cadeau aux activités, il n’y a qu’un pas, que Wonderbox est bien décidé à franchir. En B2C, mais également via les agences de voyages.

Wonderbox veut ajouter une nouvelle corde à son arc. Le spécialiste du coffret cadeau, qui en a écoulé quelque 3,3 millions en Europe l’an dernier, veut désormais permettre d’acheter ces activités… pour soi. Et se positionner ainsi sur le marché de plus en plus convoité de l’expérience et du loisir, réservables partout, en quelques clics. Ils sont en effet nombreux, marchant pour certains dans les pas des Expériences d’Airbnb, à vouloir se positionner, chacun avec leur modèle, sur le marché : des start-up mais aussi des poids lourds, comme Booking vient de se lancer dans la réservation d’activités sèches, ou encore des opérateurs “traditionnels” du tourisme s’offrant des jeunes pousses spécialisées sur ce créneau, comme ce fut récemment le cas de Pierre et Vacances avec rendezvouscheznous.com.

Un catalogue prêt à l’emploi

C’est aussi une vraie révolution pour Wonderbox, même si l’ingrédient de base – un catalogue de 100 000 activités – est déjà là. « Nous considérons que nous avons une offre suffisamment pertinente pour aller sur ce terrain là”, estime Fabrice Lépine, le directeur général de Wonderbox. De fait, l’entreprise s’y est déjà un peu frottée en lançant il y a deux ans Wonderweekend, un site qui permet de choisir un séjour non pas par destination, mais par thématique. Avancer ses pions sur le marché de la vente d’activités suppose des développements technologiques – cette nouvelle offre sera entièrement digitale – mais pas seulement. L’entreprise devra aussi faire évoluer son mode de sélection des prestataires pour un maillage toujours plus serré et établir de nouveaux accords commerciaux. Pour l’heure, cette nouvelle offre n’en est qu’à ses balbutiements, même s’il est déjà possible d’acheter des activités à la carte sur le site Wonderbox. La première brique sera réellement posée à la fin de l’année, et la plate-forme pleinement opérationnelle d’ici 2021, prévoit Fabrice Lépine.

Comment Wonderbox veut conquérir le marché (très convoité) des activités