Après Thomas Cook, et si on changeait les délais de paiement en France entre agences et TO ?

Le Quotidien du Tourisme, 13 novembre 2019
Publié le 15 novembre 2019

On y voit un peu plus clair sur la façon dont l’APST envisage de régler les 45 millions d’euros d’impayés de Thomas Cook France et Jet tours. On l’a compris, l’Association professionnelle de solidarité du tourisme doit faire face à des montants qui mettent sa survie en jeu. Alors, la solution ? En gros, il s’agit d’augmenter les cotisations de ses membres et de faire payer au consommateur son assurance risque sur les faillites. Sauf que du côté des TO, ils aimeraient bien aussi qu’on se penche sur leur propre survie…

Certes la solution d’autofinancement de l’APST peut se comprendre : 45 M€ ne se trouvent pas sous le pas d’un cheval. Surtout quand on n’en a plus qu’environ un tiers en banque sur le compte. Alors augmenter de 30 % les cotisations de tout le monde, ça peut paraître indolore, équilibré et même justifié - après tout, il y a eu trois années de baisse ! Oui mais.

Après Thomas Cook, et si on changeait les délais de paiement en France entre agences et TO ?