#traveladdict ou le tourisme intensif

Le Monde, 13 novembre 2019
Publié le 13 novembre 2019

Les accros d’Instagram ne cessent de mettre en scène leur vie à coups de hashtags et de selfies, lançant la tendance (ou pas). Cette semaine, les serial globe-trotteurs.

Instagram est le paradis des addictions a priori avouables sur la place publique (chocolat plutôt que triolisme, donc) et de préférence légales. Il y a ainsi 15,2 millions d’occurrences du #traveladdict employés par les fiers accros au voyage. Là, il y a de tout : moult clichés niais (couchers de soleil en pagaille) et beaucoup trop d’idées plus que douteuses (le selfie mode à Auschwitz…). On y apprend également que le voyage est une addiction à risques, avec plusieurs niveaux de danger.

Au niveau 1, on trouve les gens qui se baignent tout habillés. Bon, ils vont ruiner un vêtement fragile et se fâcher avec la personne à laquelle ils l’ont emprunté. Plus sèche, l’option « photo sur le dos au milieu d’un musée » permet de faire de beaux plans sur les plafonds des galeries du Vatican, par exemple. Et puis le ridicule ne tue pas, cela se saurait. En revanche, les gardiens ne sont pas contents. Et non, « sciocchina », en italien, n’est pas un surnom mignon…

#traveladdict ou le tourisme intensif