Quand tourisme rime avec développement durable

Mediabask, 7 février 2019
Publié le 8 février 2019

L’été, les touristes au Pays Basque se comptent par millions. L’impact est grand : pollution de l’air, des eaux, routes engorgées, plages saturées. Mais le tourisme peut être maîtrisé et durable, selon l’association Agir pour un tourisme responsable.

La fréquentation touristique du Pays Basque en 2017 était estimée à 21 millions de nuitées, d’après les chiffres de l’Agence de développement touristique du 64. Selon une étude de l’Audap (Agence d’urbanisme), 69 millions de personnes étaient présentes sur le Pays Basque et les Landes entre le 1er juin et le 23 septembre 2015, soit en moyenne 605 000 par jour. Face à ces chiffres, peut-on imaginer que le tourisme puisse être durable ? Comment réconcilier les habitants avec les touristes ?

"Pour nous, il y a des endroits où un seul touriste par an, c’est déjà trop, et des endroits où 10 000 visiteurs par jour peuvent être accueillis d’une manière responsable", estime Julien Buot, directeur de l’association Agir pour un tourisme responsable (ATR). "On ne veut pas opposer tourisme de masse et tourisme responsable. On ne dénonce pas le tourisme par nature, parce qu’on pense qu’il peut être bien géré".

Quand tourisme rime avec développement durable