Transport aérien : vers un nouveau paysage en Europe ?

La Tribune, 12 janvier 2021
Publié le 13 janvier 2021

La crise du Covid-19 constitue « la pire crise de l'histoire de l'aviation » (IATA), avec une chute du trafic de 60 % en 2020. Qui plus est, la reprise se fera de manière graduelle, avec un retour à la normale attendu seulement en 2024. Dans ce paysage de désolation, toutes les compagnies ne sont toutefois pas logées à la même enseigne et la sortie de crise va probablement rebattre les cartes, tout particulièrement sur le marché intra-européen, comme nous le montrons dans une étude parue à la Fondation pour l'Innovation Politique*.

Les grands acteurs historiques sauvés par leur Etat

D'un côté, les grands acteurs historiques comme Lufthansa ou Air France KLM ont dû leur salut à l'intervention des pouvoirs publics, sous la forme de prêts garantis ou de recapitalisation. Les montants en jeu sont assez impressionnants : Air France KLM a bénéficié d'aides à hauteur de 10,4 milliards d'euros pour la seule période d'avril à juin 2020. De son côté, le gouvernement allemand a accordé 9 milliards d'euros d'aides à Lufthansa, dont une augmentation de capital à hauteur de 20 %. Les grandes compagnies historiques ont procédé par ailleurs à des ajustements de taille et de coût mais, compte tenu de l'ampleur de leurs coûts fixes, ces adaptations n'ont pas permis d'éviter des pertes massives. A titre d'exemple, Lufthansa a perdu 2 milliards d'euros au seul troisième trimestre 2020. Autant dire que les grands acteurs historiques, sauvés de la faillite, sortiront lourdement endettés de la crise.
 

Transport aérien : vers un nouveau paysage en Europe ?