Le phénomène du "revenge travel" arrive en France

Le Figaro, 25 février 2021
Publié le 26 février 2021

Le phénomène du « revenge travel » arrive en France. Comment les professionnels du tourisme peuvent-ils s'y préparer ? Les conseils de Joanne Dreyfus, responsable transport, hospitalité et services chez Deloitte.

Pour les voyageurs du monde entier, la frustration accumulée par l'immobilité forcée durant la crise sanitaire pourrait se transformer en un désir frénétique de déplacements. le cabinet de conseil américain McKinsey & Company lui a même donné un nom : le « revenge travel », que l'on peut traduire par « tourisme de revanche ». Le phénomène, apparu en Chine et en Inde, gagne désormais l'Occident. Joanne Dreyfus, responsable transport, hospitalité et services chez Deloitte, cabinet d'audit et de conseil, voit monter la vague en France.

LE FIGARO. - Malgré une date de reprise incertaine, les professionnels doivent-ils déjà se préparer à un éventuel pic de fréquentation ?

Joanne DREYFUS. - Oui, sans aucun doute ! Les Français ne sont pas différents des autres nationalités, la frustration accumulée est présente. Nous avons pu le constater l'été dernier, la possibilité de se déplacer a engendré une importante congestion dans certaines destinations populaires comme la Côte d'Azur. Le pic de fréquentation promet d'être moins violent qu'en 2020. Mais après cette expérience, certains vacanciers seront peut-être plus frileux d'aller dans ces zones très prisées, où tout le monde ne sera probablement pas vacciné. Ceux qui ont dû reporter des réservations vont aussi essayer d'utiliser leurs avoirs, ce qui nécessite un peu d'anticipation. Sans oublier que derrière l'envie irrépressible de voyager se cache une réalité économique : le chômage partiel s'est installé dans la durée et certaines entreprises ont connu des plans sociaux. La grande difficulté pour les professionnels du tourisme va donc être d'anticiper le volume de voyageurs pour la saison estivale, afin d'ajuster au mieux leur offre.

Joanne Dreyfus : « La grande difficulté est d'anticiper le volume de voyageurs pour l'été »