La « micro-aventure » : la tendance qui monte

L'Obs, 15 mai 2020
Publié le 20 mai 2020

S’offrir une expérience dépaysante et sportive à deux pas de chez soi est le nouveau must des voyageurs français.

« Ce sont les risques du métier ! », ironise Amélie Deloffre, intrépide parisienne de 32 ans, en montrant sa jambe figée dans une attelle. L’autrice du guide 2 jours pour vivre (Ed. Gallimard Voyage, 2019), revient tout juste d’une traversée des hauts plateaux du Vercors en ski de rando nordique et pulka, traîneau renfermant tente et vivres.

Le terme « aventure » a longtemps signifié partir loin, très loin. Comme Corto Maltèse domptant les mers déchaînées, ou plus récemment Mike Horn traversant les déserts de sable et de glace. Mais aujourd’hui, on peut parfaitement se lancer dans une échappée dépaysante et sportive – voire extrême – sans sacrifier son bilan carbone. C’est ce que l’on appelle la « micro-aventure ». « Depuis quelques années, on cherche moins une destination, qu’une expérience. Une partie du lointain a disparu au profit de la proximité avec soi-même. Car il s’agit avant tout de réaliser des voyages intérieurs », analyse Jean Viard, sociologue spécialiste du temps libre et directeur de recherche au CNRS.

La « micro-aventure » : la tendance qui monte