L’automatisation du tourisme est-elle un risque pour le renouvellement des emplois ?

t.o.m., 2 septembre 2020
Publié le 2 septembre 2020

C’est bientôt la rentrée, notamment celle des écoles et universités qui proposent de nombreux programmes et diplômes pour former les futurs professionnels du tourisme. En parallèle, nous assistons au développement des technologies et de l’automatisation qui impliquent de substituer les machines au travail de l’homme. Dans ce sens, devons-nous considérer ces avancées techniques comme un prédateur à l’emploi ? Pourquoi continuer de former toujours plus de professionnels si la possibilité de s’intégrer dans le secteur est concurrencée par l’essor des machines ?

Vers une automatisation de l’intelligence humaine

Faciliter. L’automatisation s’est d’abord imposée à travers les recherches de la mécanique en domptant les éléments pour augmenter ou remplacer la force humaine. Le résultat, sous forme d’automates, a permis de gagner en productivité et en qualité de vie. L’automatisation se positionne alors comme la complémentarité entre l’homme et la machine et devient synonyme d’innovation.

L’automatisation du tourisme est-elle un risque pour le renouvellement des emplois ?