En avant la musique ! Les relations complexes entre tourisme et musique

Par Josette Sicsic et Roberto Lavarini - Ed L’Harmattan
Publié le 1 avril 2018

La pratique et l’écoute musicales comptent parmi les loisirs les plus populaires dans le monde.

Pourtant, le secteur touristique prompt à exploiter le patrimoine visuel artistique et historique de l’humanité ne tire que très peu de parti de son patrimoine sonore.
À l’exception d’une valorisation des grands maîtres de l’opéra en Italie ou de l’exceptionnel dynamisme des Britanniques autour des stars de la pop, de la samba et la bossa nova au Brésil, du tango en Argentine, du reggae en Jamaïque… la musique reste la grande oubliée de nombreux territoires touristiques, alors qu’elle pourrait en devenir la locomotive...

Le tourisme français surtout, champion du tourisme international, a du mal à mettre plus de musique dans l’air. La France possède pourtant un patrimoine musical important à exploiter, que ce soit en chansons, musiques actuelles, musiques électro, jazz et festivals en tous genres.
De plus, il semblerait bien que demain, le tourisme pourrait autant faire appel à l’écoute qu’à la vue !

Pour la première fois, les relations complexes entre musique et tourisme sont explorées et analysées par Josette Sicsic journaliste et consultante, directrice du mensuel Touriscopie, une veille sociologique destinée aux professionnels du tourisme et des loisirs et par Roberto Lavarini qui enseigne le tourisme et la sociologie à l’Université IULM de Milan.  

De l’usage de la chanson comme outil de promotion à celui des nouvelles architectures musicales comme icônes touristiques en passant par les musées, les tombes et les festivals, les auteurs ont entamé un tour du monde qu’il reste à achever...

Retrouvez les informations et achetez l'ouvrage sur le site de l'Harmattan.