L’imaginaire écologique du tourisme de ruine : faire l’expérience d’une présence de la nature plutôt que de l’histoire

Téoros, juin 2020
Publié le 29 juin 2020

Les ruines abandonnées font l’objet d’un tourisme particulier qui se distingue de celui qui s’intéresse aux ruines patrimonialisées. Leur attrait ne vient pas d’un intérêt pour les événements passés dont elles sont témoins ni d’une volonté de contemplation esthétique, mais de leur état de ruine. Elles sont visitées car elles portent les marques d’une dégradation. Cet état fait écho à deux manières de représenter les ruines dans la culture occidentale moderne. Dans certains cas les ruines apparaissent comme des monuments anciens mais, contrairement à celles des constructions détruites lors de guerres ou d’accidents, les dégradations de toutes les ruines abandonnées sont représentées comme les marques de l’action des cycles de la nature. Ce rapport à la nature peut prendre deux formes selon que les ruines apparaissent en harmonie ou en opposition avec elle. Les ruines abandonnées invitent à ces expériences de la nature les touristes qui recherchent la visite de telles sites.
 

L’imaginaire écologique du tourisme de ruine : faire l’expérience d’une présence de la nature plutôt que de l’histoire