Marseille : un tourisme bleu blanc rouge

La Provence, 11 août 2020
Publié le 11 août 2020

Marseille s'impose cet été comme l'une des destinations stars. Une tendance qui s'accélère à l'approche du 15 août

Il n'y a pas de doute, à Marseille, les touristes sont là. Sur le Vieux-Port, à toute heure de la journée, la file pour embarquer à destination du Frioul ou des calanques n'en finit pas quand les plages et terrasses sont bondées. Tout commence le matin avec l'arrivée des pêcheurs devant l'ombrière où les visiteurs s'amusent de voir les habitués choisir et négocier le poisson fraîchement pêché. Avec la Méditerranée et la Bonne Mère en toile de fond, c'est vraiment la carte postale qu'ils imaginaient avant de venir. Convaincus, ils enchaînent en direction de l'île de Ratonneau. Si en juillet, l'attente était déjà longue, depuis le premier week-end d'août, la fréquentation est montée d'un cran : il faut désormais compter 2 h de queue pour acheter son billet le matin même et partir en mer. Distanciation physique oblige, les navettes tournent à flux tendu, leur capacité étant réduite à 160 passagers contre 190. En moyenne, 3 000 personnes font chaque jour la traversée contre 5 000 avant le Covid-19. "Nous sommes arrivés sur le port à 10h et la file s'étendait déjà jusqu'au Mc Do, raconte Marine, arrivée de Paris en famille. Cela fait plusieurs heures qu'on attend pour accéder à la billetterie, j'espère que ça vaut vraiment le coup !"

Marseille : un tourisme bleu blanc rouge