Le tourisme à Paris fait grise mine

RCF Radio, 27 octobre 2020
Publié le 27 octobre 2020

Malgré les vacances de la Toussaint, Paris est loin d'être remplie de visiteurs. Avec la crise du Covid-19, les acteurs du tourisme subissent de plein fouet la crise.

Dans la file d’attente pour la Tour Eiffel, l’attente est quasiment nulle.

Les visiteurs réservent à des horaires précis et ils sont surtout bien moins nombreux. La fréquentation y a baissé de 80% par rapport à 2019, selon la Société d’exploitation de la Tour Eiffel (SETE). 2500 touristes la visitent chaque jour alors que le monument peut en accueillir 25 000. Des conditions très confortables pour ceux qui la visitent en ce moment. Mais les conséquences économiques sont assez difficiles pour la SETE qui accuse une baisse de 70% de son chiffre d’affaires. 

Des conséquences économiques directes

Les visiteurs étrangers sont absents. En 2019, ils avaient été 50,6 millions à venir visiter la capitale. Ceux qui gravitent autour des monuments perdent donc automatiquement de l’argent. Les bouquinistes sur les quais de Seine, près de Notre Dame, sont en majorité fermés. Ceux qui sont là peinent à vendre leurs livres et leurs objets souvenirs. "C’est des journées catastrophiques à 50 euros. On a déjà vécu des crises mais celle-là est redoutable", déplore Caroline, bouquiniste depuis 35 ans, qui pense se résoudre à la vente sur internet pour l’hiver.
 

Le tourisme à Paris fait grise mine