Destination touristique française la plus touchée, Paris reste privée d’aides spécifiques

Le Monde, 18 juin 2021
Publié le 18 juin 2021

Contrairement à Lourdes et aux stations de montagne, la capitale n’a pas fait l’objet des attentions du gouvernement. La reprise du tourisme n’est pourtant pas attendue avant, au mieux, la fin d’année.

Avant d’éventuellement se réinventer, le tourisme francilien devra compter les survivants. Le choc a été considérablement plus dur qu’ailleurs en France, avec une baisse des recettes de l’ordre de 70 % en 2020 (6,4 milliards d’euros dépensés par les touristes, contre 21,9 milliards en 2019). Le premier semestre 2021 n’est pas meilleur, et aucun rebond sérieux n’est à espérer avant l’automne, sous le double effet de la reprise, espérée, du tourisme de loisirs international et du tourisme d’affaires.

Pour autant, Paris n’a pas eu droit aux mêmes égards que la Corse, Lourdes (Hautes-Pyrénées) et la montagne, qui ont bénéficié de plans gouvernementaux spécifiques, à la fois pour sauver les entreprises et relancer les destinations.

Destination touristique française la plus touchée, Paris reste privée d’aides spécifiques (réservé aux abonnés)