« Essayez la Nièvre ! », quand la France rurale mise sur la rupture et l’innovation

Etourisme.info, 7 septembre 2020
Publié le 7 septembre 2020

Le coronavirus, terreau d’innovation de rupture ?

Deux qualificatifs résument dans de nombreux commentaires l’année 2020 que nous vivons et qui est loin d’être terminée. Inédite et pandémique, et inversement. Je ne reviendrais ici ni sur l’ampleur de la crise que nous connaissons, ni sur ses causes, ni sur l’impréparation de nombreux Etats à affronter une crise sanitaire pourtant promise depuis longtemps. Ce qui me semble intéressant aujourd’hui à partager dans ce premier billet de rentrée, c’est l’idée toute simple que cette crise à l’ampleur inégalée durant les dernières décennies coïncide avec la notion de rupture. Une rupture par une manifestation brusque et intense de certains phénomènes, une rupture dans les convictions et les modèles économiques et politiques dominants. Cette crise est donc un temps de rupture. Chacune(e) a lu certains théoriciens affirmer que ce qui rompt, ce sont d’abord les usages et les habitudes de consommation.

Ce changement supposé radical bouleverse le marché et fait de l’initiateur de l’innovation une référence, un exemple, mais aussi l’objet d’inspiration si ce n’est de copie. Dans un article publié en février dernier, je rappelais aux lecteurs de notre blog « le dilemme du tourisme innovant », inspiré par le concept de Clayton Christensen.

Ce dernier, le dilemme de l’innovateur, est basé sur un constat évident : les entreprises, surtout les plus florissantes, mettent trop souvent l’accent sur la satisfaction des besoins actuels de leurs clients sans s’intéresser ni anticiper leurs besoins futurs. Avec le risque pour ces entreprises de se faire dépasser et péricliter.
 

« Essayez la Nièvre ! », quand la France rurale mise sur la rupture et l’innovation