À Clermont-Ferrand, l'offre hôtelière augmente plus vite que la demande

La Montagne, 10 février 2020
Publié le 11 février 2020

Avec l’apparition de quatre nouveaux établissements sur la métropole clermontoise en un an, l’offre d’hébergement n’a jamais été aussi forte. Pour faire correspondre la demande, il faut rendre la destination encore plus attractive, résume Delphine Giraud, présidente du Club hôtelier clermontois.

« Cela faisait longtemps que le stock de chambres n’avait autant augmenté en un an. » En sa qualité de présidente du Club hôtelier clermontois, Delphine Giraud tient les comptes à jour et la hausse de l’offre hôtelière sur la métropole de Clermont-Ferrand ne lui a pas échappé. Elle hésite pourtant à s’en réjouir.

Certes « le nombre de chambres dans une ville est primordial pour la constitution d’un dossier de candidature », que ce soit pour l’organisation de congrès ou pour l’accueil d’une étape du Tour de France, comme en 2020. Mais en parallèle :

« Quand vous regardez le taux d’occupation des établissements sur les communes de la métropole, on ne ressent pas forcément un besoin. En 2019, on devrait atteindre 63 %. C’est mieux qu’en 2018 (61,5 %) mais cela représente près de 40 % de l’année où les chambres sont vides. On ne construit pas un hôtel pour qu’il reste vide 40 % du temps. »
 

À Clermont-Ferrand, l'offre hôtelière augmente plus vite que la demande