Polynésie française : La haute saison a été sauvée, la basse saison doit l'être aussi

Actu, 8 octobre 2020
Publié le 9 octobre 2020

Lors d’une conférence de presse, hier soir, à Paris, dans l’Hexagone, la ministre du Tourisme s’est félicitée de la réactivité du secteur touristique polynésien face à la pandémie de Covid.

Elle s’est réjouit de la capacité des professionnels du fenua à lutter contre ce fléau, côte à côte avec leurs partenaires métropolitains, au point d’obtenir 45 % du chiffre réalisé en 2019, rien qu’en haute saison, cette année.

Cette première victoire en appelle une autre : avant la haute saison 2021, il faut une basse saison plus dynamique que jamais.

Après avoir retracé les différentes mesures gouvernementales prises à temps à partir du déclenchement du confinement (rapatriement des voyageurs isolés, mise en place de tests, plateforme numérique enregistrant les voyageurs, kits d’auto-prélèvement et moyens d’hébergement en cas d’isolement obligatoire, etc.), puis de la réouverture progressive de la frontière, Nicole Bouteau a rappelé que le bilan sanitaire n’a été que d’une vingtaine de cas importés, dont les deux tiers par des touristes, immédiatement pris en charge par le ministère de la Santé.

Polynésie française : La haute saison a été sauvée, la basse saison doit l'être aussi

À lire aussi :

Paris : Le secrétaire d’État au tourisme plaidera la cause de la Polynésie, Radio 1, 8/10/20