Les questions que les acteurs touristiques des Antilles françaises refusent d’aborder… mais qu’il faudra bien poser

Vita Magazine, 11 juin 2020
Publié le 12 juin 2020

La crise du coronavirus a (re)mis en lumière quelques problématiques que les dirigeants institutionnels et privés du tourisme, des loisirs et de la culture en Martinique et en Guadeloupe tendent à éviter soigneusement. Ces sujets émergent régulièrement, sous des formes variées, sans qu’on ne prenne le temps de les adresser. Or, dans les mois et années qui viennent, il sera difficile de faire l’impasse sur ces thématiques souvent considérées comme taboues.

Précision 1 : par « tourisme » ici nous entendons largement : l’hébergement (hôtel, location saisonnière, résidences, etc), la location de voitures, le transport, les loisirs, les commerces, la croisière, les agences de voyages, etc.
Précision 2 : La liste n’est pas exhaustive.  

Les questions que les acteurs touristiques des Antilles françaises refusent d’aborder… mais qu’il faudra bien poser