Coronavirus : Pourquoi le tourisme en outre-mer ne s'en tire pas si mal

20 minutes, 14 octobre 2020
Publié le 15 octobre 2020

Les vacances de la Toussaint. L’automne, les arbres qui se déplument, le ciel gris, la pluie… Si la période soulève rarement l’enthousiasme dans l’Hexagone, il n’en est pas de même dans toute la France.

Dans les territoires d’outre-mer, à la fin du mois d’octobre, débute la haute saison. Pour La Réunion, la Guadeloupe ou  la Martinique, ces premiers congés postrentrée riment généralement avec un afflux de touristes venus de la métropole. Pour preuve, ces destinations squattent le top des demandes chez les voyagistes.

En tête des classements

Les professionnels du tourisme sont unanimes, les Français choisiront la France pour la Toussaint. Enfin pour ceux qui vont partir. Traditionnellement consacrées aux regroupements familiaux, ces vacances sont aussi l’occasion pour certains d’aller goûter le soleil et les plages de contrées lointaines. En 2020, les départements d’outre-mer figurent parmi les destinations plébiscitées des Français. Guillaume Rostand, président de Liligo, dévoile les chiffres des demandes : « C’est du jamais-vu, Saint-Denis de La Réunion est en tête des recherches. Pointe-à-Pitre et Fort-de-France occupent les 4e et 5e places. » Seul le duo portugais, Porto (2e) et Lisbonne (3e), tient la dragée haute aux destinations françaises. Exit les New York, Barcelone, Rome et autres Madrid.
 

Coronavirus : Pourquoi le tourisme en outre-mer ne s'en tire pas si mal