Open data et tourisme : quels usages pour quels opérateurs touristiques ?

t.o.m., 20 janvier 2019
Publié le 20 janvier 2020

Jeudi 16 janvier 2020, la DGE et Tourisme et territoire proposaient la journée d’échange « Open Data et tourisme : Quels usages pour quelles opportunités ? ». À travers plusieurs tables rondes, les différentes structures partenaires présentaient un retour d’expérience sur les premières utilisations de la plateforme tout en questionnant la pertinence et la pérennité du projet. Je reviens ici sur certaines questions inhérentes aux problématiques de cette journée, car oui, la donnée associée au tourisme est une dynamique qui fonctionne, cependant son exploitation ne fait pas consensus dans la construction de solutions innovantes.

Pour rappel, Data tourisme est une plateforme lancée en 2017 ayant pour objectif d’homogénéiser les données touristiques. En devenant une porte d’entrée unique pour les entrepreneurs, elle souhaite soutenir l’innovation et placer le territoire comme tiers de confiance de la donnée publique. Pour commencer, l’ambition a été portée sur les données issues des Sites d’Informations Touristiques (SIT). Ce sont des bases de données initiées par les institutionnelles (OT/ADT/CRT) qui construisent sous forme de fiches, un panorama des points d’intérêts (POI), comme les activités ou les évènements. Les caractéristiques (horaires, services, etc.) vont devenir des données qui agrégées vont constituer du big data. Ces données permettent alors aux différents acteurs de construire une stratégie souple autour d’une offre soigneusement recensée, qualifiée puis animée via un site web, une application mobile ou une brochure.Ainsi, pour un entrepreneur qui souhaite exploiter ces données,il n’aura qu’à les extraire depuis data tourisme au lieu de s’adapter au 80 SIT recensés.

Open data et tourisme : quels usages pour quels opérateurs touristiques ?

Open data et tourisme : quels usages pour quelles opportunités ? sur le site de la DGE

Mots-clés