L’économie bleue de la Guadeloupe - État des lieux et potentiels de développement

IEDOM, Note expresse n°496, mars 2018
Publié le 28 mars 2018

Avec 31 communes sur 32 disposant d’une façade maritime, la Guadeloupe est le département d’outre-mer (DOM) qui bénéficie du plus grand linéaire côtier (plus de 620 km). L’économie de la mer s’impose de ce fait naturellement à l’archipel qui se situe au coeur d’une Zone économique exclusive (ZEE) élargie depuis 20151.

En Guadeloupe, l’emploi maritime, entendu dans sa définition la plus large2, représente 7,1 % de l’emploi total, soit le ratio le plus élevé parmi l’ensemble des DOM. Le tourisme maritime y est particulièrement présent et se positionne comme un facteur de croissance important. À titre illustratif, au mois de novembre 2017, le plus gros bateau de croisière jamais accueilli en Guadeloupe a fait escale à Pointe-à-Pitre, portant à 7 000 le nombre de passagers présents au port sur une journée. Les installations performantes du Grand port favorisent ainsi le développement du transport maritime et des activités portuaires, supplantant le secteur traditionnel de la pêche
qui, en dépit de son fort ancrage dans le paysage guadeloupéen, apparait sous-valorisé.

Ces activités marchandes constituent aujourd’hui le socle de l’économie maritime de l’archipel et recèlent de forts potentiels. La poursuite de la structuration du secteur devrait permettre à la Guadeloupe de renforcer son positionnement et créer les conditions nécessaires à l’émergence de nouvelles activités bleues.

Retrouvez la suite de la note sur le site de l'IEDOM.