Tourisme à l’île Maurice : la double peine ?

La Quotidienne, 26 août 2020
Publié le 26 août 2020

L’Ile Maurice, avec les USA, le Canada et la République Dominicaine, est l’une des quatre destinations privilégiées des français pour leurs vacances d’hiver long courrier. En ce moment, il est très difficile de prévoir l’évolution du tourisme mauricien jusqu’à la fin de l’année car qu’il n’y pas de visibilité concernant l’évolution de la pandémie de Coronavirus dans le monde qui a contrait Maurice à fermer ses frontières et à appliquer des mesures rigoureuses.

Et la marée noire désastreuse sur les côtes n’a pas vraiment arrangé les affaires des professionnels du tourisme. Même si pour rappel, 96 % des côtes n’ont pas été affectées par le déversement de pétrole du MV Wakashio.

Une double peine qui peut-être bénéfique ?

Interrogé tout récemment le ministre Obeegadoo a indiqué que le gouvernement profitait du contexte actuel pour repenser le tourisme mauricien en concertation avec tous les acteurs du secteur. « Le plan d’Action est en perpétuelle révision » a-t-il dit.

Le courrier conjoint des Entreprises du voyage et du Syndicat des Tour opérateurs adressé le 24 août dernier à Louis Steeven Obeegadoo, Vice-Premier Ministre – Ministre du Tourisme de l’Ile Maurice, a de plus confirmé les excellentes relations commerciales et le soutien des professionnels français.

« Si les Français se sont repliés sur la France pour leurs vacances d’été, ils échafaudent maintenant leurs vacances d’hiver, rêvant d’espaces, de plages, de nature, de bien-être » ont indiqué Jean-Pierre Mas et René-Marc Chikli.
 

Tourisme à l’île Maurice : la double peine ?