Le tourisme suisse affronte sa propre cherté

Le Temps, 9 juin 2020
Publié le 9 juin 2020

Pour convaincre les Suisses de passer leurs vacances ici, l’industrie du tourisme déploie de gros moyens marketing. Mais la réouverture précoce des frontières mi-juin et les prix domestiques, toujours élevés, mettent le secteur dans l’embarras.

« Vous avez besoin de Suisse. » À l’entame d’un été rempli d’incertitudes, c’est le slogan de la grande campagne de promotion lancée ce samedi par Suisse Tourisme. Mais en réalité, c’est plutôt le tourisme lui-même qui a besoin de Suisses.

Alors que les contraintes sanitaires sont à peine levées et que le printemps a été désastreux en termes de fréquentation, jamais auparavant la Suisse du tourisme n’avait autant compté sur ses ressortissants. Et jamais, non plus, elle n’avait été confrontée aussi frontalement à sa cherté.

Des efforts avaient été entrepris ces dernières années, les prix s’approchaient de ceux du voisin autrichien. Mais la fin du taux plancher en janvier 2015, lorsque l’euro a baissé de 1,20 à 1,10 franc (et désormais à 1,08), les a à peu près réduits à néant. Ainsi, les tarifs sont environ 20 % plus chers qu’ailleurs en Europe. Le dernier indice de compétitivité du tourisme publié par le WEF ne fait que confirmer ce problème bien connu : en termes de prix, la Suisse affiche la moins bonne note en Europe, en compagnie du Royaume-Uni et de l’Islande.

Le tourisme suisse affronte sa propre cherté