Mexique - tourisme et réordonnancement territorial

Alterinfos, 30 mi 2020
Publié le 2 juin 2020

Le numéro 547 (février-mars 2020) de la revue América latina en movimiento, intitulé « Panamá à Tehuantepec : colonisation ferroviaire du sud-est mexicain » est constitué de plusieurs textes analysant les mégaprojets de développement de l’isthme de Tehuantepec préparés par le gouvernement d’Andrés Manuel López Obrador. L’un d’entre eux est le « Train maya » auquel DIAL va consacrer deux articles, l’un ci-dessous, et l’autre dans le numéro de juin. Giovanna Gasparello, l’autrice de celui-ci, travaille à la Direction de l’ethnologie et l’anthropologie sociale de l’Institut national d’anthropologie et histoire (UNAH), au Mexique.

Le mégaprojet dénommé Train maya prévoit la construction d’une ligne ferroviaire de plus de 1 400 km à travers les États du Chiapas, de Tabasco, de Campeche, du Yucatán et du Quintana Roo, dans le sud-est du Mexique pour transporter marchandises et passagers. Selon les documents et les déclarations officielles, cette ligne permettra facilitera le transport, notamment de l’essence et des produits qui sont consommés dans la zone touristique appelée Riviera maya, dans le nord du Quintana Roo. Il accélèrera le développement touristique en facilitant l’accès à des zones peu connectées (comme Calakmul), et la connexion entre divers pôles attirant un tourisme de masse (Cancún, Chichén Itzá) et d’autres en voie de développement (Palenque, Bacalar, Valladolid).
 

Mexique - tourisme et réordonnancement territorial