« A Bali, nous avons fait l'autruche et refusé de voir la mort lente du tourisme »

Gavroche Thaïlande, 8 octobre 2020
Publié le 8 octobre 2020

La pandémie de Covid-19 a frappé Bali de plein fouet et a mis en lumière une économie trop dépendante d'un seul secteur: le tourisme de masse.

Une tribune publiée par le Jakarta Post, le grand quotidien indonésien anglophone, le dit sans ambages. L'économie de Bali était, écrit le Jakarta Post, toujours, dépendante à 80-85% directement ou indirectement du tourisme.

Les agriculteurs, les chauffeurs et les magasins locaux dépendaient toujours des touristes qui mangent, louent des bus et des taxis et paient les salaires des employés des hôtels et des restaurants qui, à leur tour, soutiennent leur communauté locale. Tout cela était  si incroyablement unidimensionnel. Or tout cela est prêt à s'effondrer.

Nous reproduisons ici une tribune publiée par le Jakarta Post

Nous savions que cela arriverait, mais nous avons fait comme toutes les bonnes autruches optimistes. Nous avons fait l'autruche. Nous avons aimé chaque dollar, yen et renminbi de touristes qui sont venus et nous avons pensé: "cela n'arrivera jamais". Or cet aveuglement nous a couté très cher. Ce n'est pas comme une crise financière ou une explosion volcanique qui touche certains marchés ou certaines régions. La Covid-19 a touché tous les marchés et toutes les régions, laissant Bali littéralement sans revenus étrangers de mars à aujourd'hui et avec un tourisme intérieur fortement appauvri pendant la majeure partie de cette période.
 

« A Bali, nous avons fait l'autruche et refusé de voir la mort lente du tourisme »