Arabie saoudite : « L’ultime frontière » fait rêver les professionnels du tourisme

The Times of Israel
Publié le 11 octobre 2019

Le royaume, qui compte notamment cinq sites classés au patrimoine mondial de l'Unesco, a commencé à délivrer des visas touristiques et 24 000 étrangers y sont depuis entrés.

La promesse de sites mystérieux et presque déserts, loin des foules qui fréquentent d’autres destinations : la lente ouverture de l’Arabie saoudite au tourisme fait rêver les professionnels, malgré le rigorisme religieux et la mauvaise réputation du pays en matière de droits humains.

« Il est à la fois intéressant et nécessaire d’aller en Arabie saoudite : l’intérêt touristique est indiscutable car les vestiges et paysages sont incroyables, et cela permettra aussi des échanges avec la population alors que le pays est dans une mutation inexorable », s’enthousiasme auprès de l’AFP Jean-François Rial, PDG de Voyageurs du Monde qui y proposera des séjours au plus tard au début de l’année 2020.

Arabie saoudite : « L’ultime frontière » fait rêver les professionnels du tourisme