Tourisme macabre et mémoire historique : l’expérience à tout prix ?

The Conversation, 12 février 2020
Publié le 13 février 2020

En 2018, Libération publiait un article au sujet d’un projet pédagogique innovant. Des enseignants en histoire organisaient une sortie scolaire particulière dans le cadre de l’étude de la Première Guerre mondiale. En effet, ils avaient décidé d’emmener leur classe de lycéens dormir dans les tranchées afin que ces jeunes gens puissent se rendre compte des conditions de vie des poilus.

Interloquée, j’avais à l’époque, chose que je ne fais jamais, commenté l’article sur Facebook pour exprimer mon étonnement face à cette activité à mon sens déplacée. Un jeune de 16 ans ne peut – et ne devrait peut-être pas essayer de le faire – se mettre dans la peau d’un poilu pour plusieurs raisons. Il semble malvenu de rendre ludique une réalité dramatique et ce n’est sans doute pas en faisant semblant de vivre l’histoire qu’on l’apprend mieux. C’était pour moi une des dérives de la pédagogie actionnelle, souvent utilisée dans l’apprentissage des langues, qui, en souhaitant mettre l’élève au cœur de ses apprentissages, produit des situations grotesques. Pourtant, sur les réseaux la tendance était plutôt à saluer l’initiative pédagogique, et l’expérience.

L’expérience. Ce terme est sur les lèvres de tous les spécialistes du marketing touristique, comme s’il s’agissait d’une nouveauté ou en tout cas d’un concept dont on pourrait sans cesse repousser les limites. L’expérience des tranchées avait été proposée aux lycéens, mais elle aurait pu l’être à des touristes, deux figures qui se ressemblent en bien des points notamment en raison du fait que les « guides », enseignants ou entreprises touristiques, recherchent souvent pour les attirer un mélange de plaisir et d’instruction, le prodesse et delectare d’Horace. Mais voilà, quand on veut associer l’expérience aux événements traumatiques de l’Histoire, la frontière avec la maladresse ou le mauvais goût est mince.

Tourisme macabre et mémoire historique : l’expérience à tout prix ?