Réouverture : pourquoi les talents fuient les métiers de la restauration

L'Hôtellerie restauration, 7 mai 2021
Publié le 10 mai 2021

Paris (75) Selon le GNI, 110 000 employés devraient manquer à l'appel pour la réouverture en deux étapes du 19 mai et du 9 juin prochains. Les tensions sur le personnel ne sont pas nouvelles dans les CHR mais procèdent aujourd'hui d'un vrai désamour voire à de la rancoeur pour les plus précaires, abandonnés à leur sort pendant la crise.

“Avant la crise, les employés avaient la tête dans le guidon et ne se posaient pas vraiment de questions”, analyse Jean-Claude Cahagnet, de l’Auberge des Saints Pères à Aulnay (Seine-Saint-Denis), qui a perdu la totalité de son personnel de salle depuis la crise. “Tous mes employés sont en CDI sans coupure, alors ils reviendront aussi pour leur salaire de 2 000 à 3 000 € pour un serveur”, modère le restaurateur Xavier Denamur. “Le stress du recrutement varie selon la situation géographique, la présence ou non d’une activité hôtelière, voire d’une terrasse”, décrypte Alban Moreau, du service social de l’entreprise de conseil et d’audit Fiteco.

Réouverture : pourquoi les talents fuient les métiers de la restauration