Guide touristique, un métier à l’arrêt qui ne veut pas être oublié

L'Union, 19 avril 2021
Publié le 11 mai 2021

La pandémie de Covid-19 a accentué la précarité des guides conférenciers, une profession en manque de reconnaissance qui craint pour son avenir.

« On a perdu toute la clientèle étrangère, les groupes, notamment les scolaires. Sans la réouverture des restaurants et des lieux culturels, les groupes ne vont pas revenir », explique Linda Ferré. En attendant, les guides tarnais ont décidé de « se lancer dans le virtuel » avec des visites ou conférences payantes en visio. « On développe d’autres formats », confirme Charlotte Glain-Fromont, « pour continuer d’être présents et garder le lien avec le public ».

 « Un métier très gratifiant qu’on a envie de faire mais pas coûte que coûte »

Autre conséquence plus dramatique de la crise, « des collègues se dirigent vers d’autres activités, sont obligés d’abandonner leur appartement, de retourner vivre chez leurs parents. Des savoir-faire sont laminés », témoigne Patrick Pavesi, guide sur la Côte d’Azur et président de la Fédération des métiers intermittents, tourisme, événementiel, culture (Fmitec), créée au printemps afin de mettre en lumière « un secteur d’activité insuffisamment reconnu ».

Guide touristique, un métier à l’arrêt qui ne veut pas être oublié

À lire aussi sur la situation des guides touristiques durant la pandémie de covid :

Covid-19 : les guides touristiques en détresse, Les Echos, 11/5/21
L'absence de touristes a mis en chômage forcé les 2 000 guides conférenciers d'Ile-de-France. Près de la moitié des guides salariés des agences de voyages n'ont bénéficié d'aucune aide. Un festival de visites gratuites est organisé pendant un mois dès la mi-juillet pour promouvoir le métier.