L'année 2020 ouvre une nouvelle ère pour le tourisme spatial

RTS, 2 février 2020
Publié le 3 février 2020

Le rythme de lancement de fusées devrait nettement augmenter en 2020, ont annoncé les États-Unis cette semaine. L'année pourrait marquer un tournant dans l'essor du tourisme spatial, plusieurs compagnies prévoyant d'envoyer leurs premiers voyageurs dans l'espace.

Des touristes dans l'espace ? L'idée ne date pas d'hier. Mais depuis la toute fin des années 2000 et le séjour du Québécois Guy Laliberté dans la Station spatiale internationale (ISS), plus aucun voyageur ne s'est envolé dans les cieux par curiosité. Le Canadien reste donc le septième et dernier touriste spatial en date.

La raison est simple : il n'y a plus eu aucune place disponible pour des touristes sur les vols spatiaux russes, à ce jour les seuls vols orbitaux ayant été ouverts aux non-professionnels. L'équipage des voyages à destination de l'ISS étant passé à six en 2009, il requiert un personnel au complet, sans place pour des touristes. L'arrêt des navettes spatiales américaines en 2011 a aussi contribué à la fin de l'expérience.

Mais l'idée n'a jamais été abandonnée, entre fantasmes de citoyens richissimes et ambitions de sociétés privées séduites par un marché juteux. Selon toute vraisemblance, l'année 2020 devrait donc ouvrir une nouvelle ère pour les touristes de l'espace. A condition d'avoir un porte-monnaie (très) bien rempli, tout un chacun pourra désormais payer son sésame pour gagner les étoiles.

L'année 2020 ouvre une nouvelle ère pour le tourisme spatial

À lire aussi :

L’ISS va avoir un nouveau module… touristique, Fredzone, 31 janvier 2020

Mots-clés