Haro sur le surtourisme, une fatalité ou une opportunité

Tour Hebdo, 1er décembre 2019
Publié le 11 décembre 2019

Depuis quelques années, chaque début de haute saison touristique est illustré par des images récurrentes de sites envahis, de bousculades devant LA merveille à photographier, d’attroupements inextricables, faisant douter du bien-fondé d’accueillir autant de visiteurs.

Dans ces conditions-là, quelle(s) image(s) peuvent-ils garder d’une destination et quelles conséquences durables s’abattent sur la vie des habitants, sur la protection des sites et sur l’équilibre économique ? La croissance continue des flux touristiques conduit à s’inquiéter d’un phénomène qui pourrait devenir destructeur. Mais fatalité ou opportunité, c’est toute l’ambiguïté du surtourisme qui peut être vu comme un drame ou une chance, pour peu qu’il soit maîtrisé et réorienté vers des lieux qui sont en attente de visiteurs. La France, avec ses 90 millions de séjours internationaux enregistrés en 2019, a sans doute une carte à jouer.

Haro sur le surtourisme, une fatalité ou une opportunité