http://www.veilleinfotourisme.fr/
Retour à la page d'accueil

Veille info tourisme Veille info tourisme


Les veilles > Politique > Intervention de Sylvia PINEL, ministre de l’artisanat, du commerce et du tourisme Déplacement en Isère

Intervention de Sylvia PINEL, ministre de l’artisanat, du commerce et du tourisme Déplacement en Isère

  • Imprimer
  • Envoyer a un ami
  • Contact
ministere artisanat commerce tourisme

Ministère du tourisme- 8 mar 2013

Publié le 12 mars 2013


Mesdames et Messieurs les parlementaires,
Mesdames et Messieurs les conseillers généraux et régionaux,
Mesdames et Messieurs les élus,
Mesdames et Messieurs,
Je tiens à vous remercier pour votre accueil chaleureux. Je suis heureuse d’être ici pendant les vacances scolaires pour constater la bonne santé du secteur.
Le tourisme, cette année encore, a fait preuve d’une solide résistance à la crise et a même connu, dans de nombreux domaines, des très bonnes performances.
Nous avons la confirmation, avec le bilan de l’année 2012, du caractère incontournable du secteur dans le redressement économique de notre pays. La France démontre qu’elle demeure la première destination mondiale et prouve sa capacité à générer les recettes touristiques dignes de cette affluence.
En effet, sur les trois premiers trimestres de l’année 2012, les nuitées des visiteurs internationaux ont progressé de 2,1% par rapport à la même période en 2011, et leurs dépenses ont augmenté de 4,3%.
De manière générale, la contribution du tourisme à la balance des paiements se renforce notoirement, puisque le solde extérieur dégagé par le tourisme sur les neuf premiers mois de 2012 est en croissance de 44% et s’établit à 11,2 milliards d’euros !
La clientèle connaît d’importantes évolutions auxquelles il convient de s’adapter : les clientèles émergentes, et en particulier celles des BRIC, connaissent une hausse très soutenue, et de nouveaux marchés vont s’ouvrir. En effet, l’Organisation Mondiale du Tourisme estime que la croissance du flux mondial de touristes se maintiendra autour de 4% dans les années à venir.
Nous avons, pour attirer les visiteurs venus du monde entier, la richesse de notre patrimoine naturel, historique, culturel, et industriel, mais aussi les capacités d’accueil qui le permettent, grâce à des destinations disposant d’une visibilité internationale. C’est le cas sur notre domaine skiable, avec des stations comme celle où nous nous trouvons aujourd’hui.
En effet, la montagne française participe pour beaucoup de l’importance du secteur touristique pour notre pays.
A l’image de nos skieurs français qui ont connu d’excellents résultats mondiaux, la saison 2012-2013 a fait un excellent départ. J’en profite pour féliciter l’enfant du pays, Marion Rolland, qui s’est illustrée lors de cette dernière compétition en ramenant l’or aux 2 Alpes !
A ce stade, la fréquentation des domaines skiables en France s’établit environ 20% au dessus des moyennes des saisons précédentes. Les cumuls de neige sont souvent excédentaires et la météo aura été favorable.
La fréquentation des vacances de noël et des premières semaines de l’année est très bonne alors qu’on craignait l’impact de la situation économique. C’est, je pense, le fruit des efforts des professionnels pour s’adapter à une demande de plus en plus exigeante et aux bonnes conditions d’enneigement.
La fréquentation des deux dernières semaines des vacances d’hiver devrait rester dynamique, d’après les taux de réservation. J’espère que cela se poursuivra.
Je sais que le sujet des rythmes scolaires et plus particulièrement des vacances est important pour les professionnels. Mon ministère et les acteurs de la montagne seront associés à la concertation lorsque ce débat viendra.
Face à ces enjeux économiques et sociaux, la situation du tourisme en France appelait un plan stratégique pour l’industrie touristique au service de la croissance, de la création d’emplois et de la justice.
C’est pour cela que j’ai présenté en juillet dernier une feuille de route claire : l’indispensable structuration du secteur, le renforcement de la qualité de l’offre touristique et l’effectivité du droit aux vacances pour tous.
La mise en place d’une filière de l’industrie touristique doit permettre une meilleure association des collectivités locales dans la définition des projets et doit être une contribution à un meilleur équilibre territorial entre les destinations françaises.
C’est dans cet objectif que les instances de gouvernance du CNT et d’Atout France ont été rénovées dès ma prise de fonction. Ces deux institutions sont le bras armé de ma politique touristique et elles doivent jouer un rôle moteur dans cette nouvelle ambition.
J’ai fixé une feuille de route précise avec des objectifs clairs.
Celle-ci s’appuiera sur des contrats de destinations. Ce sont des contrats qui permettent de fédérer autour d’une politique touristique adaptée aux besoins et atouts des territoires, les acteurs publics et les acteurs privés. Les premiers contrats seront signés avant l’été et je me réjouis que de nombreux départements et territoires, se soient lancés dans cette expérimentation. Ce succès montre bien le besoin de mettre en place un pilotage organisé, autour de thématiques identifiées, pour renforcer l’attractivité des destinations.
D’autres contrats seront signés tout au long de l’année, et je compte sur votre mobilisation à tous pour utiliser cet outil que je souhaite mettre à votre disposition, pour utiliser les capacités d’ingénierie d’Atout France, et définir, avec toutes les parties concernées, l’identité de votre destination.
La deuxième priorité que j’avais fixée, c’est le renforcement de la qualité de l’offre touristique. Celle-ci, est un enjeu essentiel pour notre pays, pour le maintien de sa réputation, de son rang, de son rayonnement.
Elle comprend plusieurs aspects. L’immobilier de loisir, tout d’abord, et vous ici, en montagne, savez-bien l’importance de l’enjeu de la réhabilitation de cet immobilier.
Dans de nombreuses stations de montagne ou du littoral, on constate en effet une sous-occupation chronique des meublés de tourisme qui entraine une perte d’activité économique pour l’ensemble de la station.
Après une première phase de consultation qui s’est déroulée à l’automne, j’initie un travail en lien avec les autres ministères concernés par ce sujet pour présenter des mesures précises d’ici l’été. Certaines seront nécessairement complexes, mais nous devons, ensemble, trouver les dispositions justes pour permettre la modernisation des équipements. Les échanges se poursuivront tout au long du printemps, avec les professionnels et les élus.
Le deuxième aspect de l’offre touristique, c’est, bien sûr, la qualité de l’accueil, et donc de la formation aux métiers du tourisme et de l’hôtellerie.
Je lancerai très prochainement, en liaison avec Michel Sapin et Thierry Repentin, une mission visant à proposer les orientations d’une nouvelle politique de l’emploi pour le secteur du tourisme. La personnalité qualifiée choisie devra aborder les questions d’attractivité des métiers du secteur, de ses difficultés de recrutement et définir les orientations souhaitables en matière de formation professionnelle initiale et continue. 50 000 emplois sont vacants dans le tourisme.
En cette période de crise économique et face au taux de chômage que nous connaissons, j’entends tout mettre en oeuvre pour permettre ces recrutements et identifier les freins à l’embauche pour remédier à cette situation.
Je souhaite également qu’un volet spécifique soit consacré à un problème important pour l’activité économique de la montagne : l’emploi des saisonniers en période hivernale ou estivale, notamment dans le but d’améliorer la sécurisation des parcours professionnels.
En effet, cela représente environ 400 000 emplois saisonniers, soit 19% de l’emploi touristique total, ce qui est loin d’être négligeable.
Il fait pleinement partie de l’économie des stations, et permet de répondre à la saisonnalité et aux variations de l’activité.
3 axes de travail ont été identifiés : ils sont pour moi prioritaires et je souhaite avoir des propositions concrètes et réalisables sur chacun d’eux.
1/ un axe formation : il s’agit de valoriser les parcours professionnels et la formation entre les périodes d’emplois, pour permettre aux saisonniers de construire une véritable carrière. Les dispositifs de formation intersaisons existants devront être renforcés
2/ un axe emploi : je souhaite développer les groupements d’employeurs afin de permettre aux professionnels de l’hiver et de l’été d’embaucher les mêmes personnes.
3/ enfin, un axe protection sociale : je souhaite avoir des préconisations pour que les droits à la retraite soient plus justes pour les saisonniers qui cotisent fréquemment à différents régimes de retraite.
La troisième priorité de ma feuille de route, c’est rendre effectif le droit aux vacances pour tous.
De trop nombreux Français n’ont pas, ou n’ont plus les moyens de connaître nos magnifiques destinations touristiques pour lesquelles nous nous mobilisons de manière forte.
Le nombre de nos concitoyens ne partant pas en vacances ne cesse d’augmenter ces dernières années. En 2012, cela concerne près de la moitié des Français.
Cette situation doit nous rappeler que le sens de notre action, c’est de permettre à tous, non pas de consommer les mêmes choses, mais d’avoir accès aux même choses. C’est faire vivre l’égalité républicaine. La République, c’est l’égalité !
Il s’agit là d’une responsabilité, d’un devoir, que nous représentants de l’Etat, institutions publiques, élus, devons relever.
C’est pour cela que je n’ai pas voulu avoir un énième rapport sur le non-départ en vacances, avec des propositions non applicables ou irréalisables dans le contexte économique que nous connaissons.
Or je veux que sur ce sujet si important pour nos concitoyens, nous puissions trouver les réponses adaptées.
Afin de s’assurer de la pertinence, et de l’efficacité des propositions qui seront attendues dans ce rapport, j’ai donc demandé à Claudie Buisson, en charge de cette mission, de mettre en place des expérimentations. Elles débutent, comme je l’avais annoncé, à l’occasion de cette saison hivernale.
Deux régions ont manifesté leur souhait de s’inscrire dans des actions pilote : la Région Rhône-Alpes, et la Région Midi-Pyrénées, et je veux aujourd’hui les en remercier vivement et chaleureusement pour leur soutien immédiat dans ce beau projet.
Ces expérimentations consistent à organiser des séjours de vacances à la montagne pour des jeunes de 18 à 25 ans, qui sont une cible prioritaire de l’action du gouvernement, puisque chaque année 3 millions de jeunes sont exclus du départ en vacances.
Si les acteurs traditionnels du tourisme associatif sont bien évidemment présents, ces offres ne se seraient pas faites sans l’implication des remontées mécaniques, de l’ESF, des collectivités territoriales réceptives, des loueurs de matériels et équipements, des acteurs du tourisme… Je remercie donc toutes celles et tous ceux qui se sont impliqués dans ces expériences, sans oublier l’ANCV et les Régions.
Cette dynamique montre à quel point l’accès aux vacances pour tous est un objectif partagé, autour duquel des acteurs économiques d’horizons différents peuvent se rassembler.
L’accès aux vacances pour tous ne peut être considéré comme une cause réservée : c’est une cause commune, tous ceux qui peuvent s’y associer et apporter une offre qui réponde aux besoins de populations aujourd’hui exclues du départ en vacances sont bienvenus.
Et je compte d’ailleurs sur la mobilisation de tous pour réussir à relever ce défi.
On ne peut qu’espérer que cette dynamique se confirme et s’élargisse au cours des mois à venir.
Je ferais en sorte que les jeunes qui participent à ces expérimentations deviennent acteurs de la mission, car leur ressenti contribuera à une meilleure définition des offres et des dispositifs à venir.
Je souhaite qu’il y ait une analyse de ces expérimentations après la période estivale, et faire des propositions à l’automne afin que tous les acteurs puissent s’approprier la feuille de route qui en découlera.
Nous ne relèverons ce défi que si tous, élus, professionnels, responsables associatifs, sont pleinement mobilisés. Nous devons faire comprendre à tous que l’accès aux vacances, ce n’est pas enfermer des bénéficiaires dans un choix restreint d’offres sélectionnées par d’autres, c’est aussi écouter leurs envies et mobiliser des partenaires dont l’expérimentation montre le potentiel d’engagement, pour y répondre.
Le tourisme, c’est un enjeu social, autant qu’économique. Nous avons la responsabilité de le développer, il crée des emplois, de l’activité, des entreprises, il contribue à notre rayonnement, à renforcer la place de la France dans le monde. Mais c’est aussi un enjeu d’égalité, de partage.
Notre temps libre, celui de nos loisirs, de nos détentes, ne doit pas être une source d’inégalités de plus.
Je compte sur vous, sur l’ensemble des acteurs concernés pour qu’ensemble nous réussissions cet ambitieux projet.
Nous le devons à nos concitoyens, à nos jeunes, nous le devons à la France.


Avertissement

Les informations sélectionnées par les veilleurs, les points de vue exposés, les commentaires et analyses développés, ainsi que les contenus des sites liés n'engagent que leurs auteurs et ne constituent pas des positions officielles.

Qui sommes-nous ? Présentation du portail national de connaissance du tourisme Mentions légales
Service Public LEGIFRANCE, le service public de la diffusion du droit http://www.gouvernement.fr http://www.entreprises.gouv.fr